La fiction dĂ©termine-t-elle le futur ? 🌌

Prophétie auto-réalisatrice, ingénieurs vs scientifiques

Bienvenue sur BeatTheOdds ! Si tu as reçu cette newsletter, pense Ă  t’abonner et Ă  jeter un coup d’Ɠil aux autres articles qui pourraient t’intĂ©resser 😉

Share

Lorsque SpaceX a dĂ©voilĂ© les formes Ă©purĂ©es de ses combinaisons spatiales, je les ai crues sorties droit d’un film de science-fiction. En rĂ©alitĂ©, je n’étais pas si loin : leur designer n’est autre que Jose Fernandez, qui a crĂ©Ă© les costumes de Tron, des Daft Punk, mais aussi des super hĂ©ros de la franchise Marvel au cinĂ©ma : Iron-Man, Batman, Superman.

C’est donc un crĂ©ateur de fiction Ă  l’imagination fertile qui, Ă  la demande du progrĂšs, a posĂ© son empreinte sur la rĂ©alitĂ©.

Dans un autre registre, la startup Magic Leap, qui avait levĂ© en 2014 plus d’1 milliard de dollars pour son casque de rĂ©alitĂ© augmentĂ©e, a recrutĂ© l’auteur de S.F Neal Stephenson en tant que “Chief Futurist Officer” - littĂ©ralement Futuriste en Chef.

A quel point la fiction peut-elle donc influencer le futur ? Certaines Ɠuvres seraient-elles des prophĂ©ties auto-rĂ©alisatrices ? 👇

Laboratoire d’idĂ©es

Depuis prĂšs de 20 siĂšcles que la S.F existe, d’innombrables idĂ©es ont Ă©tĂ© Ă©prouvĂ©es virtuellement avant de voir le jour.

Imaginer le futur et ses consĂ©quences potentielles, en s’affranchissant des limites de la technologie, est une aubaine circonscrite Ă  notre espĂšce.

Nombre de nos objets du quotidien ont Ă©tĂ© inspirĂ©s par des Ɠuvres de fiction, comme le T.A.S.E.R, qui fait rĂ©fĂ©rence au roman Tom Swift And His Electric Rifle (1911), un enfant ingĂ©nieux qui paralyse ses cibles avec un fusil Ă©lectrique.

Mais on pourrait citer aussi le tĂ©lĂ©phone portable (inspirĂ© de Star Trek), le sous-marin (inspirĂ© du roman 20.000 lieues sous les mers de Jules Verne), la viande de laboratoire (inspirĂ©e de la nouvelle “Mizora” de Mary Bradley en 1880), les projections holographiques (Star Wars), etc.

D’autres rĂȘves de la fiction sont Ă©galement proches de voir le jour, comme les voitures volantes (annoncĂ©es pour 2023 par Uber) et les combinaisons volantes Ă  la “Iron Man” (dont le français Franky Zapata et l’anglais Richard Browning dĂ©veloppent chacun leur version), tant de concepts qui n’existaient que dans les romans il y a encore dix ans.

Enfin, que penser de Neuralink, l’une des entreprises fondĂ©es par Elon Musk, qui a pour but d’implĂ©menter des puces dans notre cerveau pour augmenter nos performances, transformant effectivement les humains en cyborgs ?

Prédire ou prévenir ?

La fiction crĂ©e le champ des possibles, et imagine aussi des futurs que l’on veut Ă©viter.

Cela peut concerner des technologies : dans Minority Report, des “Oracles” permettent d’arrĂȘter les futurs meurtriers avant leur passage Ă  l’acte, une rĂ©alitĂ© qui pourrait ne pas ĂȘtre si Ă©loignĂ©e dans notre futur.

Quiconque a regardĂ© la sĂ©rie TV Black Mirror a eu des frissons en imaginant les dĂ©rives d’un monde oĂč notre vie entiĂšre est dirigĂ©e par les “j’aime” que l’on reçoit des autres gens ; d’un scĂ©nario oĂč l’on serait capable de se repasser n’importe quel souvenir de sa vie (c’est d’ailleurs une maladie qui existe) ; ou encore d’un monde oĂč des abeilles mĂ©caniques, ressemblant Ă  des balles de fusil, seraient en charge de polliniser les plantes
 mais seraient utilisĂ©es Ă  d’autres desseins.

Au delĂ  de la technologie, des modĂšles de sociĂ©tĂ©s, dĂ©peints dans des dystopies telles que 1984 d’Orwell ou Le Meilleur des Mondes d’Huxley, sont souvent opposĂ©es dans leur vision d’un futur dont nous ne voulons pas. La premiĂšre dĂ©crit un monde de surveillance autoritaire, proche de la Chine d’aujourd’hui, tandis que la seconde propose qu’un accĂšs universel Ă  la dopamine rendrait les populations apathiques - plus proche de l’occident moderne 😅.

Dans le dĂ©bat public, il n’est pas rare d’entendre citĂ©e l’une ou l’autre de ces Ɠuvres pour critiquer des rĂšgles ou proposer des lois. Des histoires vieilles de prĂšs d’un siĂšcle ont ainsi aujourd’hui un impact rĂ©el dans nos vies : elles sont le petit ange et le petit diable sur les Ă©paules de notre sociĂ©tĂ©.

Auquel allons-nous nous fier ?

Pour Ă©viter un scĂ©nario Ă  la “Terminator”, Elon Musk a mĂȘme crĂ©Ă© OpenAI, afin que le dĂ©veloppement de l’intelligence artificielle ne mĂšne pas au scĂ©nario de la singularitĂ© technologique, synonyme d’aprĂšs lui de l’extinction de notre espĂšce.

MĂȘme si l’idĂ©e est vivement dĂ©battue parmi les experts, une phrase qu’il a prononcĂ©e en interview mĂ©rite une pause :

Et si l’HumanitĂ© n’était que le module de dĂ©marrage biologique d’une intelligence artificielle ?

Ingénieurs vs scientifiques

On pourrait dĂ©fendre que la S.F ne prĂ©dit pas : elle jalonne simplement d’hypothĂšses un progrĂšs scientifique inĂ©vitable, et finit invariablement par paraĂźtre prophĂ©tique avec le recul - tout comme une horloge cassĂ©e a raison deux fois par jour.

Pourtant, la plupart des dĂ©couvertes sont des expĂ©riences ratĂ©es, des fulgurances ou des paris fous : les frĂšres Wright, par exemple, crĂ©Ăšrent une machine volante aprĂšs de nombreuses itĂ©rations, bien avant que la science ne soit capable d’expliquer comment leur engin volait.

Selon Nassim Taleb, le monde est principalement construit par des ingĂ©nieurs plutĂŽt que des scientifiques. Nombreuses ont Ă©tĂ© les dĂ©couvertes majeures par essai et erreur, parfois mĂȘme Ă  l’issue d’expĂ©riences ratĂ©es (sĂ©rendipitĂ©). Taleb dĂ©fend que le processus est souvent celui-ci :

idĂ©e 🠼 expĂ©rimentation (ingĂ©nierie) 🠼 dĂ©couverte 🠼 explication (science)

D’oĂč viennent les idĂ©es ? De notre imagination, ou de celle d’un d’autre.

Car l’analogie est un mĂ©canisme naturel de notre cerveau : de la mĂȘme maniĂšre que nous avons des inspirations artistiques, les fulgurances innovantes s’appuient sur des concepts que notre esprit a dĂ©jĂ  rencontrĂ©s : c’est l’un des rĂŽles de la fiction.

Et si la réalité prédisait la fiction ?

Dans Frankenstein (1832), Mary Shelley imagine ressusciter une crĂ©ature grĂące Ă  des chocs Ă©lectriques, ce qui a accĂ©lĂ©rĂ© la recherche dans ce domaine et contribuĂ© Ă  l’une des inventions majeures dans le domaine de la santĂ© 120 ans plus tard : le dĂ©fibrillateur.

Mais oĂč est-elle allĂ©e chercher cette idĂ©e ?

Il s’avĂšre qu’elle s’est inspirĂ©e de la discipline du Galvanisme, qui, Ă  ses balbutiements au dĂ©but du 19e siĂšcle, avait dĂ©couvert par hasard que des organismes morts rĂ©pondaient Ă  des courants Ă©lectriques.

La rĂ©alitĂ© a inspirĂ© la fiction, qui a prĂ©cipitĂ© le progrĂšs. L’influence de la fiction vers la rĂ©alitĂ© n’est donc pas unilatĂ©rale : c’est un cercle vertueux d’expĂ©rimentations.

Pour aider à orienter le futur dans la direction que l’on souhaite, il est ainsi vital que ceux qui l’imaginent s’allient avec ceux qui le construisent.

Et toi, dans quel groupe es-tu ?

Share